jeudi 18 août 2016

Vos lecture #136: La ménagerie de Sarah Bernhardt de Jean-Luc Komada

Ce roman épistolaire fictif brosse le portrait de Sarah Bernhardt à travers les échanges de courriers entre l’acteur Jean-Mounet Sully, qui entretient avec l’actrice une liaison tumultueuse et s’inquiète de sa fréquentation avec un jeune premier, Victor, et Louise Abbéma, une amie très proche de Sarah. Empreint de jalousie, Mounet-Sully tente de convaincre Louise d’espionner la tragédienne à son compte.

Tous deux font entrevoir, à travers des dialogues drôles et captivants,  des facettes méconnues d’une femme à la fois enthousiaste, romantique et provocatrice, fervente militante politique remplie de valeurs fraternelles et de modernité.

 Ce livre a été lu dans le cadre de mon partenariat avec Publishroom, maison d'auto-édition. Vous pouvez retrouver cette histoire sur cette page, ici!

 Et il compte pour mon challenge des pirates!        
Mon avis:
  C'est par le biais de ce drôle de roman épistolaire que nous faisons connaissance de Sarah Bernhardt. Avec beaucoup d'humour, et un langage que j'ai adoré j'ai découvert tout un mode de vie plein d'extravagances et de folies qui ne masque pas toujours les douleurs et les blessures de la vie. 
   Si au début les piques sont fréquentes entre Jean-Mounet Sully et Louise Abbéma, au fil de leurs courriers ils vont finir par s'apprécier et se comprendre. Tous deux fous de Sarah mais de manière différente, ils nous en brossent un portrait coloré et très tendre.  
  Mais loin d'être juste une ode à la gloire de l'artiste, de nombreux thèmes sont abordés et la société de l'époque est parfaitement décrite. De l'homosexualité, fréquente dans le milieu artistique, au deuil du parent en passant par l'architecture de Paris et la place de la femme dans cette fin du XIX, nous sommes happés par cet univers étrange et fascinant. Les détails de certaines scènes m'immergeaient totalement d'autant que quelques noms m'étaient familiers. Hugo, Wilde, Proust... De grandes figures de la littérature et du théâtre toutes liées à cette actrice fabuleuse et excentrique qui ne vivait bien qu'entourée de sa ménagerie d'animaux sauvages et de ses compagnons. Libre tout au long de sa vie, elle était une une femme qui s'assumait toujours que ce soit sexuellement ou financièrement. Très en avance pour son époque, il est clair qu'elle ne fut pas épargnée par la presse ou même par certains de ses pairs. Pourtant, jamais elle n'a déviée de sa route.
  Elle parcouru le monde, eu des liaisons avec les plus grands dirigeants, fut ruinée une multitudes de fois, riche à foison et pour toujours elle restera La Grande Sarah Bernahrdt. La Divine.
Réactions :

5 commentaires:

  1. Il a l'air intéressant pour découvrir l’artiste.

    RépondreSupprimer
  2. Je ne suis pas spécialement du style épistolaire, mais je tenterai à l'occasion !

    RépondreSupprimer
  3. J'aime bien lire de l'épistolaire de temps en temps, donc pourquoi pas !

    RépondreSupprimer
  4. Je ne connais pas du tout ce genre de bouquin donc... pourquoi pas :)

    RépondreSupprimer