mardi 26 avril 2016

Vos lectures #110: Apocalypse bébé de Virginie Despentes




Couverture : Apocalypse bébé
  Valentine disparue... Quand une adolescente douloureuse est le seul point commun de tous ceux qui, de Paris à Barcelone, la cherchent sans se connaître et se trouvent sans la sauver.
















Mon avis:
   J'ai connu Virginie Despentes en regardant le film Baise-moi et avec la traduction de la chanson de Placebo Protège-moi (que j'adore). Et le moins que l'on puisse dire c'est qu'elle sait taper là où ça dérange. Du coup, j'en attendais autant en ouvrant ce livre. Et si cette fois, j'ai trouvé le style plus soft, la plume est toujours aussi incisive et le construction de ce roman est originale. 
  Lucie est payée pour suivre les ados par des familles riches. Elle se contente de la médiocrité de sa vie mais commence à se demander si elle ne va pas en changer. Jusqu'au jour où Valentine, une ado perturbée disparaît, lors de la filature. Elle est alors chargée de la retrouver et se fait aider par la Hyène, une marginale lesbienne, qui travaille souvent pour les hauts-placés de Paris.
  Les passages de Lucie sont écrit à la première personne, permettant une immersion immédiate dans l'histoire. Mais entre chaque passage de Lucie,  c'est un narrateur extérieur qui prend le relais pour nous présenter des personnes qui ont toutes un lien avec Valentine. 
  Finalement, l'enquête en elle-même n'est pas importante. Elle est au second plan. L'auteure ici nous brosse un portrait des bas-fonds de Paris et des ados bourgeois délaissés par leurs familles, formatés pour suivre un chemin tracés pour eux.
 Chaque personnage croisé est ici décortiqué, torturé, sombre et rien ne trouve grâce à ses yeux. La moindre situation qui pourrait apparaître plus douce est immédiatement salie. 
  Et si l'on ne voit que les mauvais cotés de Lucie, la Hyène ou Valentine, il est impossible de ne pas les aimer. Pour autant, les autres, comme les parents de la jeune ado, sont proprement détestables tant ils sont égoïstes et égocentriques. 
  Bref, un livre surprenant, dans lequel nous plonge Virginie Despentes. Sans concession, elle nous remue et nous dérange mais difficile de lâcher le livre avant de le terminer même si l'on pense en connaître rapidement l'issue. Enfin, les conséquences directes de l'acte de Valentine sont juste hallucinantes et franchement, je n'ai rien vu venir!
 
Réactions :

2 commentaires:

  1. Hé bien voilà que j'apprends que La hyène, également présente dans Vernon Subutex, a sa propre histoire ! Je trouve aussi que sa plume est incisive (même si je t'avoue être un peu perdue dans tous les personnages du roman que j'ai lu d'elle). Elle dresse un portrait de la société tellement vrai et poignant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah bah voilà! Va falloir que je le lise ^_^ En tout cas oui, elle est très vraie dans ce qu'elle écrit, c'est tout à fait ça!

      Supprimer