mardi 17 février 2015

Vos lectures #47: Vénus Erotica d'Anaïs Nin

Couverture de Venus erotica 
  Lyrisme et perversion dans ces nouvelles plus pornographiques qu’érotiques. En 1940, traversant de graves problèmes financiers, Anaïs Nin se lance dans l’écriture de nouvelles érotiques à l’instigation d’un collectionneur mystérieux. Un dollar la page. « Vénus Erotica » sera suivi des « Petits oiseaux ». Débordements de plaisir et d’érotisme extrême font de la sexualité un art à la fois tendre et décomplexant.
Certaines scènes sont destinées à un public majeur et averti. 


Mon avis: Une série de nouvelles dans lesquelles se croisent divers personnages. Ceci dit le contexte dans lequel furent écrites ces histoires dénaturent je l'espère l'écriture et le talent d'Anaïs Nin. N'ayant rien lu d'elle auparavant j'étais loin de me douter que j'allais lire des textes érotiques aussi dérangeants, choquants voire même parfois carrément nauséabonds. A croire que toute les pratiques sexuelles ont été présentées ici en espérant que l'une d'elle tapera dans le mille et plaira aux goûts étranges du collectionneur à qui elles sont destinées. Mais était-ce nécessaire de mêler à de l'érotisme qui pourrait être magnifique naturellement, de l'inceste, de la zoophilie et d'autres ignominies? Certes la libération sexuelle est totale, l'homosexualité très bien abordée la femme est entière et maîtresse de son corps mais pour moi, certains textes vont beaucoup trop loin, et s'éloignent de ce que l'on peut trouver d'artistique dans ce genre de littérature. Je pense qu'un jour je lirai autre chose de cette auteure en espérant y découvrir la beauté d'écriture dont j'ai entendu parlé et qui m'a poussé à lire ce volume.
 

jeudi 5 février 2015

Vos lectures #46 : Contes des Royaumes de Sarah Pinborough

Couverture de Contes des Royaumes, Tome 1 : Poison 
   Blanche-Neige revisité, dans une magnifique édition illustrée : prenez tous les éléments du conte de fées classique que tout le monde connaît (le beau prince, la reine jalouse, la belle princesse, et bien sûr l’empoisonnement) et ajoutez un côté moderne à tous les personnages, à leurs motivations et leurs désirs. Drôle, contemporain et sexy.

Mon avis: Quelle drôle de surprise que ce livre! La méchante Reine a la "cuisse légère", Blanche-Neige est une jeune fille libre, effrontée, sauvageonne et impétueuse et n'a pas froid aux yeux non plus. Moi qui pensait relire une énième version du conte d'origine avec la même fin, j'en suis restée sciée! Très court, ce petit roman donne un sacré coup de jeune au vieux conte de notre enfance et ne prône pas l'éternel "tout est bien qui finit bien". De plus, pour une fois, une partie de l'histoire est écrite du point de vue de la Reine. Et loin de plonger dans le manichéisme le plus total, on peut constater que même du côté des méchants tout n'est pas forcément si noir. Bref nouvelle version  parfaitement réussie!

 J'ai lu ce livre dans le cadre d'une lecture commune ayant pour thème les contes de fées. Vous trouverez donc l'avis de Issa sur son blog et celui de Lulu dans son boudoir!

Couverture de Contes des Royaumes, Tome 2 : Charme 
   Le coeur de Cendrillon battait la chamade. Les questions se bousculaient dans sa tête. Comment le chasseur et le prince peuvent-ils se connaître ? Que sait exactement le chasseur au sujet de ce qui se trouve dans la chambre secrète ? Et pourquoi le fée marraine désire-t-elle tant cette chose ? Et puis, en plus de ces mystères dont la résolution semblait imminente, Cendrillon se demandait comment elle allait faire pour échapper à la vie qui l'attendait aux côtés de cet homme odieux qui pleurnichait dans son bâillon, le nez plein de morve.

Mon avis: Ce second volet m'a soufflé. D'abord il faut bien reconnaître que Cendrillon mérite quelques claques bien senties contrairement...à sa sœur!!! Le conte est vraiment pris d'une manière totalement différente, c'est le moins que l'on puisse dire. De plus, si l'on a quitté le premier tome sur une touche assez dramatique, dès le début nous trouvons un petit fil conducteur qui relie les deux romans et qui s'épaissit au fil des mots pour finalement nous laisser espérer une fin un peu moins négative. Et en effet! Quelle fin! J'ai adoré parce que vraiment j'étais loin de la voir arriver! Le seul bémol à mon sens, c'est que cette fin qui aurait pu être plus jolie et profonde est un peu bâclée par sa rapidité. Elle ne prend que quelques lignes alors qu'un peu plus de détails n'auraient pas été de trop. Mais cela n'enlève en rien la surprise qu'elle provoque! Et surtout, il faut se méfier de ses désirs: ils peuvent être à double tranchant!

Couverture de Contes des Royaumes, Tome 3 : Beauté 
   La belle au bois dormant, le conte revisité:
Cruel, savoureux, et tout en séduction.
Rappelez-vous la forteresse cernée de ronces,
Le courageux prince, le fuseau ensorcelé et la douce princesse endormie qui n’attend que d’être réveillée…
…et à présent, ouvrez ce livre et plongez dans la véritable histoire de la Belle au Bois dormant,
Telle qu’elle n’a jamais été révélée…

Mon avis: Plus sombre, un peu plus cru que les précédents, ce volume est en fait un préquelle aux deux premiers tomes. Le Prince et le Chasseur se rencontrent et partent mener une quête qui les conduira à la rencontre de  Belle, du Petit Chaperon Rouge et de Rumplestilskin juste avant leur séparation dans la forêt.

Bilan de la saga: Avec une pointe de modernisme, un peu de cruauté et de sexe, Sarah Pinborough réussi a transformer pour notre plus grand bonheur de vieux contes enfantins en histoires croustillantes pour adultes.  La magie, l'amour et les sortilèges sont toujours là et même si parfois, certaines conclusions peuvent paraître hâtives, il n'en reste pas moins qu'elle parvient à nous tenir en haleine d'un roman à l'autre. Et du coup, je me dis que ce serait bien d'avoir une suite au deuxième tome!

Certaines scènes sont destinées à un public majeur et averti. 

dimanche 1 février 2015

Vos lectures #45: La vie secrète d'une mère indigne de Fiona Neill

Couverture de La vie secrète d'une mère indigne 
  Il y a les mères exemplaires, toujours ponctuelles, pomponnées, et souriantes, celles qui préparent des gâteaux pour la kermesse et s'occupent des costumes du spectacle de fin d'année. Et puis il y a les autres : celles qui claquent la porte en laissant les clés à l'intérieur, et qui oublient systématiquement le goûter de leurs enfants... Lucy est clairement de celles-là ! Jusqu'à présent, malgré quelques loupés, elle s'était plutôt bien débrouillée avec sa petite famille. Mais les choses se compliquent quand elle commence à lorgner sur un parent d'élève, rencontré à la sortie des classes... Mauvaise idée, Calamity Lucy. Très mauvaise idée !

Mon avis: Si la couverture et le résumé m'ont totalement séduite, la première partie du livre a été une douche froide. Encore une fois, la mère au foyer est décrite comme une femme négligée, débordée, dépressive, incapable d'assumer son statut et d'être heureuse et en couple avec un mari plein de manies. Heureusement peu à peu l'humour prend largement le dessus et même si la maladresse de Lucy est franchement agaçante tant elle est énorme, les situations dans lesquelles elle s'empêtre inévitablement sont hilarantes. La fin de cette histoire est quelques peu décevante du fait que l'héroïne réalise enfin que sa vie n'est pas si mal. Bref, ce n'est pas une surprise et on s'y attendait. Finalement seuls les passages cocasses, assez nombreux, sauve ce livre bourré de clichés sur la femme qui a choisi d'abandonner une carrière épanouissante pour élever des enfants turbulents.